Retour

La piste culturelle « Traces du père Tischner dans la région de Podhale »

La piste culturelle « Traces du père Tischner dans la région de Podhale »

"Je vais à la montagne toutes les semaines, nous sommes rentrés à Łopuszna avec mon frère, nous y avons construit une maison montagnarde. Nous l’avons fait car je voulais laisser dans ce village un témoignage de la culture de construction de la montagne. Il en résulte cette maison et les charpentiers et les demi-poutres, car peut-être, sommes-nous déjà la dernière génération qui peut se permettre de construire une maison en bois. J’observe parfois le savoir-faire des charpentiers concernant le bois. Ils traitent le bois comme s’il avait une âme. Et, en outre, il est impossible de travailler à Cracovie donc je pars pour deux, trois jours et je plonge dans un autre monde".

 

Voici les paroles du père Józef Tischner publiées dans « Panorama » en 1993. Józef Tischner (pseudonyme Wawrzek Chowaniec, Molinista, Józek Szkolny, Jegomość Józek) est né le 12.03.1931 à Stary Sącz, dans une famille de professeurs. Son père était le directeur de l’école à Łopuszna. Pendant la guerre, la famille Tischner a quitté Łopuszna. Jusqu’à 1942, ils ont vécu à Rogoźnik. En 1945, Tischner a commencé son éducation dans un collège à Nowy Targ où il a passé son examen de « grand » baccalauréat (à l’époque, les élèves polonais pouvaient passer deux types d’examen de baccalauréat). En mai 1950, il est devenu étudiant de la Faculté Théologique de l’Université Jagellonne à Cracovie. Il a été ordonné prêtre le 6 juin 1955 par Mgr Franciszek Jop. Au cours des années 1955-1957, il a fait ses études en Faculté de la Philosophie Chrétienne de l’Académie de la Théologie Catholique à Varsovie. Après son retour à Cracovie, il continuait ses études en Faculté de l’Histoire et de la Philosophie de l’Université Jagellonne. En même temps, il travaillait comme vicaire dans la paroisse Saint-Nicolas à Chrzanów et dans la paroisse Saint-Casimir à Cracovie. En 1963, il a réussi son doctorat à l’Université Jagellonne et en 1974, il a fait son habilitation à l’Académie de la Théologie Catholique. À partir de 1963, il donnait des cours de philosophie dans le Séminaire Ecclésiastique Supérieur, ensuite, dans l’Institut Théologique Pontifical et à partir de  1981, dans l’Académie Théologique Pontificale à Cracovie. Il était animateur d’exercices spirituels et maître de conférences très apprécié. À partir de 1980, il donnait des cours de philosophie du drame dans l’École Nationale Supérieure de Théâtre à Cracovie et de philosophie en Faculté Philologique de l’Université Jagellonne. En 1981, il était doyen de la Faculté de la Philosophie de l’Académie Théologique Pontificale et à partir de 1985, il était un professeur agrégé de cette école supérieure. Il était cofondateur et président de l’Institut des Sciences Humaines à Vienne. Il était auteur de nombreux livres dont les œuvres philosophiques : « La Philosophie du drame », « Le Différend sur l’existence de l’homme » et de nombreux essais : « Le monde de l’espérance humaine », « L’Éthique de Solidarité », « Tischner lit le catéchisme ». Dans sa création littéraire, une place particulière est occupée par une œuvre puisant dans la tradition de la causerie montagnarde, écrite en 1997 en dialecte de la région de Podhale, intitulée « Histoire de la philosophie en montagnard ». Des émissions de télévision et de radio ont apporté à Tischner la popularité. Dans les années 70, il est devenu un personnage connu dans la vie intellectuelle de la Pologne. Pendant les dernières années de sa vie, il est tombé malade du cancer de larynx. Il est mort le 28 juin 2000 à Cracovie et il a été enterré le 2 juillet à Łopuszna. Depuis 2001, le mensuel et la maison d’édition « Znak » attribuent un prix dédié à son nom. Depuis 2003, l’Institut des Sciences Humaines à Vienne attribue des bourses portant le nom de Józef Tischner à de jeunes scientifiques polonais. À partir de 2003, il fonctionne à Cracovie une fondation « Institut de la Pensée de Józef Tischner » dont l’objectif est de protéger et de populariser l’œuvre intellectuelle de son Patron ainsi que de continuer d’une manière créative les fils essentiels de sa philosophie. Ses monuments sont des écoles et des hospices portant son nom. Il est patron de l’École Primaire Sociale n° 1 à Tarnów qui comme première a adopté son nom le 10 mars 2001. Nous dédions ce guide à ce grand penseur, un prêtre extraordinaire, un homme au grand cœur, doté d’un charisme exceptionnel, indulgent envers les faiblesses humaines, possédant un sens d’humeur remarquable. Chacun qui se souvient du père Józef Tischner, qui a eu l’occasion de le rencontrer, qui lit ses livres ou qui fréquente les mêmes pistes à la montagne, pourra faire un voyage nostalgique aux lieux auxquels Józef Tischner était lié. La piste culturelle « Traces du père Tischner dans la région de Podhale » est marquée par des panneaux situés dans les localités décrites.

Objets sur la piste

Multimédia

Lire Lire

Actifs associés